L’extraction minière en Afrique, à l’épreuve de l’interdépendance entre pouvoirs locaux et firmes transnationales

Le cas de l’or au Mali 

Guillaume Bagayoko est docteur en science politique de l’Université de Lille où il a soutenu en 2023 une thèse sur l’extraction industrielle de l’or au Mali. Il place l’analyse de l’histoire méconnue de cette industrie dans la longue durée coloniale et dans les relations internationales contemporaines. Actuellement, il enseigne à Sciences Po Lille et à l’Université Catholique de Lille.

L’extraction industrielle contemporaine de l’or au Mali commence en 1985 à Kalana, dans le sud-ouest. Depuis la première moitié de la décennie 2000, l’or est le premier produit d’exportation du pays, devant le coton (Bagayoko 2023). En 2022, 66,2 tonnes d’or brut sont exportées de cet État, et la ressource représente plus de la moitié des recettes fiscales maliennes (Agence Ecofin 2023). En plus de l’extraction industrielle, qui est le mode de production aurifère le plus important au Mali, il existe d’autres formes, à savoir : l’orpaillage et l’extraction semi-mécanisée. Cependant, c’est au mode de production industrielle, contrôlé par des firmes transnationales d’origine anglo-saxonne, que cette réflexion s’intéresse. Elle se propose de questionner les interactions entre les pouvoirs politiques locaux, l’État et les firmes transnationales dont ce capitalisme industriel se nourrit.

Au Mali, les pouvoirs publics locaux (collectivités territoriales et chefs de villages traditionnels) sont exclus des négociations des contrats d’extraction minière industrielle. Cela contraste avec l’orpaillage où le code minier habilite les collectivités territoriales à attribuer des permis d’exploitation artisanale aux orpailleurs (code minier malien 2023). Cependant, l’extraction industrielle des mines entraine la mise en relations d’interdépendance (Nye 1992, 163) entre les pouvoirs locaux et les firmes transnationales. Ce billet propose de montrer comment ces pouvoirs publics sont tout autant exclus qu’inclus dans le capitalisme industriel aurifère au Mali. D’une manière générale, ce travail s’inscrit dans les réflexions sur « l’ancrage territorial » des firmes transnationales (Zanetti 2018). En particulier, il se propose de discuter, dans la lignée d’autres travaux (Grajales et al. 2020 ; Rubbers 2019 ; Cȏte et al. 2018), l’idée selon laquelle l’extraction industrielle des ressources minérales en Afrique s’opère dans des « enclaves » (Ferguson 2006). La thèse de la présente analyse consiste donc à dire que les firmes transnationales sont politiquement ancrées dans les territoires extractifs grâce, d’une part, à leur dépendance des pouvoirs politiques locaux et, d’autre part, à leur participation à l’action politique locale.

L’exclusion des pouvoirs locaux dans l’attribution des droits miniers aux firmes transnationales

D’après Michèle Leclerc-Olive, les collectivités territoriales maliennes sont à l’écart des sphères de décisions relatives à l’industrialisation de l’exploitation des mines, c’est-à-dire elles ne sont pas consultées par l’État sur l’octroi des droits miniers aux firmes transnationales, ni sur les choix de production qu’opèrent celles-ci, ni sur les choix fiscaux de l’État. Pourtant, les collectivités territoriales sont directement confrontées aux bouleversements des écosystèmes du fait de l’extraction minière (Leclerc-Olive 2013).

En effet, au Mali, c’est le gouvernement qui décide, à travers le ministre chargé des mines, d’attribuer des permis de recherche et d’exploitation aux firmes transnationales, et de signer des contrats miniers avec celles-ci, à l’insu des chefs de villages traditionnels et des collectivités territoriales minières. De même, c’est l’État qui délivre les permis environnementaux aux firmes transnationales, indispensables à l’extraction, sans l’avis des pouvoirs publics locaux. En outre, ceux-ci sont exclus des conseils d’administration des sociétés anonymes, associant le gouvernement malien et les firmes transnationales. D’une part, les droits d’entrée des firmes transnationales dans le secteur minier sont donc monopolisés par le gouvernement, alors que l’extraction a lieu au sein de territoires dits « décentralisés ». D’autre part, l’exploitation industrielle minière est imposée par l’État aux puissances publiques locales. Comme cet extrait de l’entretien réalisé avec le secrétaire général d’une mairie de l’ouest malien l’illustre, les collectivités locales et les chefferies traditionnelles ne sont pas toujours informées de l’étendue des terres de leur ressort que le gouvernement malien attribue aux firmes transnationales.

« Les permis, que ça soit de recherche ou d’exploitation sont délivrés par l’État. C’est la seule autorité compétente pour le faire. Maintenant, malheureusement, quand ces permis sont délivrés, ni la commune, ni le représentant de l’État au niveau communal ne sont informés. On ne connait même pas la situation des permis au niveau communal. C’est généralement, quand le propriétaire vient vraiment pour essayer d’exploiter son permis qu’il y a des problèmes. C’est en ce moment qu’on est informés. C’est quand un bureau d’étude est venu réaliser un schéma d’aménagement du territoire de la commune qu’on a su que pratiquement les 3/4 du territoire communal étaient affectés vraiment aux détenteurs de permis miniers. »

À l’exclusion des pouvoirs locaux de la sphère des décisions relatives à l’implantation des mines industrielles, s’ajoute celle des populations locales. Les études d’impacts environnemental et social – préalables à l’industrialisation de l’exploitation minière – consistent notamment en l’information de ces populations de la présence des firmes géologiques ou minières sur leur territoire. Ces études visent à récolter des renseignements démographiques, économiques et historiques sur les populations locales, sur leurs attentes à l’égard desdites firmes. Cependant, jusque-là, ces études n’ont pas pour objet de savoir si ces populations consentent à l’accueil des activités extractives sur leur territoire. Par exemple, voici ce que contenait l’un des questionnaires de l’étude d’impact socio-économique réalisée auprès des leaders des populations pour le compte de BHP-Utah, une compagnie minière américano-australienne qui a extrait de l’or à Syama, dans le sud du Mali entre 1990 et 1996 :

« Le questionnaire traitait des caractéristiques ethniques, des problèmes démographiques, des problèmes d’eau, d’alimentation, des activités économiques menées, de la commercialisation, des infrastructures socio-sanitaires existantes, des problèmes de santé, des moyens de communication, des différents métiers exercés, des programmes gouvernementaux ayant concerné l’arrondissement et enfin de l’ensemble des projets villageois. » (Bureau d’Études de Conseils et d’Interventions au Sahel 1988).  

De plus, à la différence des citoyens des États d’Amérique latine comme l’Argentine, la Colombie, le Guatemala, le Pérou, etc. (Massal 2021), les citoyens maliens, ainsi que ceux de la plupart des États africains, sont exclus de la possibilité d’initier des référendums sur les projets miniers. Ainsi, comme cela a été souligné dans d’autres réflexions (Leclerc-Olive 2013), l’industrialisation de l’exploitation des ressources minérales au Mali s’affranchit donc des contraintes démocratiques, en excluant les citoyens et les collectivités territoriales des prises de décisions. Cette centralisation des décisions s’inscrit dans la continuité des politiques coloniales. En effet, à cette époque (1855-1960), seule l’administration coloniale française est habilitée à attribuer des permis de recherche et d’exploitation des ressources minérales aux entreprises. Et elle y procède sans consulter les colonisés.

Cependant, cette mise à l’écart ne signifie pas que les pouvoirs locaux ne contribuent pas au développement du capitalisme industriel minier au Mali. De manière réciproque, ce dernier participe à l’exercice du pouvoir local.    

Pouvoirs locaux et firmes transnationales : une alliance indispensable ?

Certains auteurs (Williams 2010 ; Ferguson 2006) appréhendent l’exploitation des ressources minérales en Afrique comme une enclave géographique, politiquement et économiquement connectée aux capitales des États et aux réseaux globaux, mais déconnectée des territoires dans lesquels elle opère. D’après ces auteurs en effet, les décisions relatives à la gestion des mines sont concentrées entre les mains des élites nationales et extérieures. Pourtant, d’autres analyses (Tsing 2020) nous invitent à questionner le rôle des acteurs locaux dans le soutien à l’exploitation capitaliste des matières premières. D’autres travaux encore insistent sur la participation des firmes transnationales à l’exercice du pouvoir local (Zanetti 2018). C’est à ces deux approches que cette recherche s’affilie. Pour commencer, il faut noter que les « Multinationales » minières sont toujours engagées dans la quête ou la conservation d’alliances politiques locales « solides ». Cette analyse s’appuie notamment sur l’extrait suivant de l’entretien réalisé avec le chef du département « Développement communautaire » d’une société minière dans l’ouest du Mali.

« N’importe quel villageois qui vient nous voir, on lui dit : allez-y voir le chef du village. Il faut le rendre indispensable aussi ; ça raffermit son pouvoir.  Et s’il y a information, on passe par le chef du village ; c’est lui qui informe tout le village.  Ça veut dire que le village a un propriétaire. Donc, il faut nécessairement passer par lui. Les chefs de village sont nos points focaux même si parfois il peut y avoir des divergences. Nous, on ne s’adresse jamais directement aux populations ; quand on veut parler aux populations, on demande au chef de village. Le chef de village, c’est lui qui mobilise la population. Souvent, on l’accompagne, on l’appuie, on l’assiste dans sa mission. Nous, on n’a pas le droit de saper l’image d’un chef de village ; on doit l’aider à restaurer son pouvoir. » 

D’une manière générale, les pouvoirs locaux jouent deux rôles cumulatifs dans l’industrie minière malienne : l’intermédiation et la médiation entre firmes transnationales et populations. Dans certains cas, les sociétés minières exigent des populations de passer par l’entremise de la mairie pour leur soumettre des sollicitations. Citons-en deux exemples. 1-En 2015, la société d’exploitation des mines d’or de Sadiola (SEMOS) –alors conjointement détenue par le gouvernement malien, les firmes canadienne Iamgold et sud-africaine Anglogold Ashanti –attribue environ soixante pour cent des emplois de manœuvres aux autochtones de la commune de Sadiola. Toutefois, c’est la mairie qui présélectionne les candidats à ces emplois, en accord avec la SEMOS. 2-À partir de 2010 et jusqu’en 2015 au moins, la SEMOS et « l’Association des Jeunes pour le Développement de la Commune de Sadiola » tiennent des réunions mensuelles autour des cahiers de doléances que cette association présente à l’entreprise. Ces réunions associent cependant des élus locaux de Sadiola, comme l’extrait de l’entretien suivant réalisé avec un ancien secrétaire général de ladite association le montre.

« Les réunions se tenaient soit à la SEMOS, plus précisément dans le bureau des relations publiques, à défaut de ça, les réunions se tiennent à la mairie. Mais aucune réunion n’a été effectuée sans la présence du maire ou bien l’un de ses conseillers. »

En d’autres termes, le fait que les firmes transnationales organisent des réunions régulières avec les leaders des associations des populations locales, ou scellent des accords politiques avec ceux-ci comme ce fut le cas à Siguiri (Guinée) en 2013, contredit l’hypothèse selon laquelle l’extraction minière en Afrique s’opère dans des enclaves politiques. Dans un autre registre, ces illustrations permettent de souligner que les interactions qui se déroulent dans les industries extractives transcendent la diplomatie triangulaire (Strange et al. 1991) car ici, le nombre d’acteurs déborde le seul cadre des gouvernements et des firmes.

Ainsi, dans certains territoires maliens, l’industrialisation de la production de l’or alimente les rivalités entre autorités municipales et chefferies traditionnelles au sujet notamment de la représentation des populations. En guise d’illustration, le fait que la SEMOS privilégie la mairie de Sadiola comme intermédiaire dans ses interactions avec les populations est source de frustration du chef du village de Sadiola et de ses conseillers. Ces derniers considèrent en effet, que la SEMOS participe ainsi au renforcement de l’autorité municipale au détriment de leur légitimité traditionnelle (entretiens de 2015).

Lorsqu’un conflit survient avec les populations, les firmes transnationales font appel d’abord à la médiation des pouvoirs locaux, et non celle du gouvernement malien. C’est quand les autorités locales sont incapables de régler le différend, qu’elles ont recours à la médiation de l’État. Deux exemples permettent d’illustrer cette analyse.

  • 1) Lorsque je fais mes enquêtes à Sadiola en 2015, un conflit oppose les femmes des travailleurs résidant à la cité minière à la SEMOS à propos de la restriction de leur accès à l’eau. En effet, le directeur général de la SEMOS fait retirer les têtes des robinets extérieurs des habitats des travailleurs au motif d’une utilisation plus rationnelle d’eau. Pour protester contre cette décision, ces femmes décident de barricader l’entrée de la cité dans le but d’empêcher les résidents de se rendre au travail et de saboter la production aurifère. Pour faire lever la barricade, le directeur général de la SEMOS fait appel à la médiation du sous-préfet et des autorités municipales. Dans un premier temps, ces médiateurs partagent la position des femmes à savoir, le rétablissement des têtes de robinets. Face à cela, le directeur général de la SEMOS fait du chantage au sous-préfet et aux autorités municipales, en leur faisant croire que si elles ne réclamaient pas des femmes de lever la barricade, la mine fermerait dans les heures qui suivent. Cela amène les autorités locales à réclamer des femmes, avec succès, la levée de leur barricade.
  • 2) Dès 2004, la compagnie anglaise Randgold (devenue Barrick Gold) met en place un « Comité de liaison » entre elle et les populations de certains villages situés autour de sa mine d’or de Loulo, dans l’ouest du Mali. Ce comité se compose de représentants de Randgold, du sous-préfet, d’élus locaux, de chefs de villages, de représentants des femmes et des jeunes. Randgold entend ainsi privilégier, à travers ce comité, le recours aux leaders locaux pour la résolution de ses conflits avec les populations riveraines :

« Suivant les us et coutumes en vigueur au Mali et les bonnes pratiques de coexistences pacifiques, tous les conflits sont gérés en amont avec les leaders de la communauté, chefs coutumiers, maire, autorités locales suivant le principe de « siki kafo » [terme bambara] de concertation et discussions ouvertes autour d’une table. » (Randgold, 2009).

 Par ailleurs, l’industrialisation de l’exploitation de l’or entraine la dépendance des pouvoirs locaux à l’égard des firmes transnationales à plusieurs égards. D’abord, budgétairement. Au Mali, l’ensemble des patentes que les compagnies minières paient est reversé aux collectivités territoriales hôtes, selon les quotas suivants : 60% à la municipalité ; 25% à la préfecture ; et 15% à la région (entretiens de 2015). Dès lors, plus de quatre-vingt-dix pour cent des recettes de certaines municipalités viennent de l’industrie minière. Par exemple, durant plusieurs années, la mairie de Sadiola ne réclamait plus d’impôt aux habitants de la commune, grâce à ces ressources extractives. Ensuite, les firmes transnationales participent à l’élaboration des plans de développement communal des municipalités, comme c’est le cas de Sitakily, dans l’ouest du Mali. En outre, depuis 2012, le code minier malien contraint les firmes transnationales à participer au « développement » des territoires dans lesquels elles extraient les mines, en partenariat avec les collectivités territoriales. Enfin, parfois les firmes transnationales financent directement les actions sanitaires, culturelles et économiques des collectivités territoriales. Cela est illustré par l’extrait suivant de l’entretien réalisé avec un ancien secrétaire général de la mairie de Sadiola.  

« Les campagnes de vaccination, généralement quand il y a la lutte contre la poliomyélite, la rougeole, ainsi de suites, la mairie fait une demande à SEMOS. Donc, on l’appuie financièrement ou en nature pour pouvoir mener à bien ces campagnes-là. Maintenant, en dehors de tout ça, ils appuient la mairie aussi en matière d’éducation et en matière de santé. Parce que souvent, ils construisent des salles de classes, ils achètent des mobiliers pour les élèves. Et sur le plan sanitaire, en dehors des campagnes de vaccinations, ils font des appuis ponctuels en matière d’équipements et autres à la mairie. » 

En somme, le soutien politique du capitalisme industriel minier en Afrique n’est pas seulement que gouvernemental. Ce soutien implique aussi des acteurs insoupçonnés notamment des chefferies traditionnelles et d’élus locaux. Le plus souvent, ce capitalisme s’impose à ces pouvoirs locaux. Cependant, ceux-ci essaient, et réussissent relativement à tirer profit de l’extraction, parfois à des fins personnelles. En effet, il n’est pas étonnant d’observer qu’en Afrique en général et au Mali en particulier, des élus et leaders locaux s’approprient les ressources publiques issues de l’industrie minière. C’est pourquoi la notion d’interdépendance est pertinente pour appréhender les interactions entre les firmes transnationales et les pouvoirs locaux. Celle-ci ne signifie pas absence de conflits, mais elle veut dire que la collaboration entre pouvoirs locaux et « Multinationales » est nécessaire au maintien de l’extraction industrielle des ressources minérales. En d’autres termes, le capitalisme fonctionne en s’appuyant sur tous les pans du pouvoir politique.

Références

Articles, ouvrages & documents officiels

Agence Ecofin, « Mali : les revenus générés par l’État grimpent de 35% pour atteindre 1,3 milliard en 2022 » [En ligne], URL : https://www.agenceecofin.com/gestion-publique/2007-110482-mali-les-revenus-generes-par-l-etat-avec-l-or-grimpent-de-35-pour-atteindre-763-7-milliards-fcfa-en-2022 (dernière consultation: 30/09/2023).

Bagayoko Guillaume, L’exploitation industrielle de l’or au Mali. Genèse et fonctionnement d’un réseau transnational, 1896-2017, Thèse de doctorat en science politique, Université de Lille, Lille, 2023.

Bureau d’études de conseils et d’interventions au Sahel, « Projet Utah-Mali. Rapport définitif : étude socio-économique pour l’exploitation de la mine d’or de Syama », Bamako, octobre 1988.

Cȏte Muriel, Korf Benedikt, «Making concesions: extractives, enclaves, entangled capitalism and regulative pluralism at the gold mining frontier in Burkina Faso», World Development, volume 10, 2018, p. 466-476.

Ferguson James, Global Shadows: Africa in the Neoliberal World Order, Durham and London, Duke University Press, 2006.

Grajales Jocobo, Vadot Guillaume « Introduction. Entreprises minières, territoires et pouvoirs politiques : localiser l’analyse du capitalisme extractif », Politix, n°132, 2020, p.7-21. 

Leclerc-Olive Michèle, « Collectivités territoriales, fiscalité et richesses minières », Techniques financières et développement, n°112, 2013, p. 97-102.  

Massal Julie, « Référendums citoyens contre les projets extractifs en Colombie : la construction de coalitions multisectorielles pour la défense des territoires et des ressources », Revue internationale de politique comparée, vol.28/3, 2021, p.31-62.

Nye Joseph S., Le leadership américain : Quand les règles du jeu changent, Nancy, Presses Universitaires de Nancy, 1992.

Randgold Resources, « Stratégie de développement communautaire-SOMILO-SA », décembre 2009.

Rubbers Benjamin, « Mines towns, enclaves and spaces: A genealogy of worker camps in the Congoles Copperbelt », Geoforum, vol.98, 2019, p. 88-96.

Strange Susan et al., Rival states, rival firms: competition for world market shares, Cambridge, Cambridge University Press, 1991.   

Tsing Anna, Frictions. Délires et faux-semblants de la globalité, Paris, La Découverte, 2020.  

Williams Martin, « The gold standar of governance: mining decentralization, and state power in Senegal », Politique africaine, n° 117, 2010, p.127-148.

Zanetti Thomas, « L’ancrage territorial d’une multinationale : le cas de Michelin à Clermont-Ferrand », in Chavagneux Christian, Louis Marieke (dir.), Le pouvoir des multinationales, Paris, PUF, 2018, p. 41-54.

Textes législatifs

Loi n° 2023-040 du 29 août 2023 portant code minier au Mali.

Loi n°2012-015 du 27 février 2012 portant code minier au Mali.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Constance Perrin-Joly (4 janvier 2024). L’extraction minière en Afrique, à l’épreuve de l’interdépendance entre pouvoirs locaux et firmes transnationales. IFSRA. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzeh


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search