Un chercheur associé à l’honneur  

Étienne Bourel : Récipiendaire du prix Pierre Bouvier !

Nous sommes ravis d’annoncer qu’Étienne Bourel, chercheur associé à l’IFSRA, a récemment été honoré du prix Pierre Bouvier pour sa thèse intitulée : « Travailler et vivre sur les chantiers forestiers au Gabon : une anthropologie du travail à l’heure du développement durable ». Ce prestigieux prix récompense les chercheurs dont les travaux s’inscrivent dans l’approche interdisciplinaire de la socio-anthropologie. Lors d’un échange, Étienne nous a généreusement partagé son expérience sur le terrain, offrant un aperçu de ses recherches approfondies. Il a évoqué son immersion au cœur des chantiers forestiers, dévoilant les réalités vécues par les travailleurs.

  • Peux-tu présenter brièvement ton parcours académique ?

Je m’appelle Etienne Bourel et je vis à Lyon. J’ai effectué des études à l’Université Lumière-Lyon 2, un peu en sciences politiques (au début) mais surtout en anthropologie. Mon université étant jumelée avec l’Université Omar Bongo à Libreville et ayant pu suivre des cours de linguala en L3, je me suis intéressé à l’Afrique centrale à la fin de ma licence et j’ai effectué des premières recherches de terrain au Gabon durant mon master, avant de continuer en doctorat.

  • Pourrais-tu nous donner un aperçu de ton sujet de thèse et de ses implications ?

Ma recherche (initiée en master et continuée dans le cadre de mon doctorat) a porté sur les conditions de travail et de vie dans les chantiers forestiers, principalement dans la filière-bois d’une multinationale indienne basée à Singapour. J’ai prolongé cette recherche en portant également attention aux villages concernés par l’exploitation forestière dans le Gabon rural. Un des intérêts de ma recherche est de documenter l’écart entre les principes promus par les politiques publiques en matière de développement durable et leur mise en place effective.

  • Pour toi, que représente ce prix de thèse ?

Recevoir ce prix de thèse a, tout d’abord, été une surprise pour moi car, même si j’y ai bien candidaté volontairement, je ne m’y attendais pas. En effet, mon parcours doctoral a duré bien plus longtemps que la moyenne, même en SHS, et j’ai souvent entendu que cette durée était un facteur déterminant pour obtenir de tels prix. Néanmoins, y candidater s’inscrivait pour moi dans la logique consistant à taper au maximum de portes, quand on est jeune chercheur, et à bien voir celles qui nous sont ouvertes… Etant un anthropologue intéressé par les problématiques relatives au travail, mais aussi par l’interdisciplinarité, cette reconnaissance particulière revêt un sens singulier à mes yeux. Par-delà ce qu’elle flatte, bien sûr…

  • Quelle inspiration a initié ton choix de sujet de recherche, et comment ce choix a-t-il évolué pendant ton parcours académique ?

Initialement, j’avais suivi des cours de sciences politiques où l’enseignante avait indiqué le peu de recherches de terrain en anthropologie sur le syndicalisme (alors qu’il y en a beaucoup en sociologie et en sciences politiques, par exemple). Je me suis donc intéressé à cette question, j’ai envisagé de me rendre au Gabon pour ces raisons. Le secteur du bois semblait important dans le pays. J’ai ainsi pu faire un stage, durant mon M1, dans un syndicat du port à bois de Libreville. Toutefois, le syndicalisme est peu présent dans les chantiers forestiers au Gabon. Après mon stage, j’ai donc réussi à me rendre dans un premier chantier forestier informel, tenu par un entrepreneur gabonais, mais où il n’y avait pas d’activités syndicales. C’est dans cette entreprise également que j’ai effectué mon M2. Enfin, ma connaissance du secteur forestier acquise durant mon master et les contacts que j’avais pu nouer alors m’ont permis de rentrer dans une entreprise formelle et de bien plus grande ampleur au début de ma thèse.

  • Comment s’est déroulée ton immersion sur le terrain ? Quelles difficultés ou surprises as-tu rencontrées et quelles approches as-tu utilisées pour mieux appréhender la réalité des travailleurs forestiers ?

Sauf à entrer par les syndicats ou à effectuer une recherche « à couvert » (covert research) c’est-à-dire incognito, l’entrée sur un terrain mené dans une entreprise a ceci de caractéristique qu’elle suppose l’accord de la direction. En l’occurrence, même si je me trouvais dans une multinationale indienne, les directeurs exécutifs que j’ai rencontrés ont souvent été français. Un enjeu postcolonial (puisque j’étais perçu comme un Français blanc) s’est donc ajouté à celui relatif à la hiérarchie. Autant dire que l’immersion avec les travailleurs ou les villageois les plus proches du camp forestier a été progressive. Ce qui a surtout été long a été de lever un certain nombre de suspicions à mon égard car les travailleurs forestiers ont l’expérience de jeunes Français qui viennent sur le terrain pour voir un peu comment se passe les opérations avant de revenir quelques mois plus tard à des postes hiérarchiques importants. Ils ont une expression pour cela : « il mangeait les feuilles de manioc et il est revenu avec la chicotte ». C’est donc par mes échanges quotidiens, les informations que je faisais circuler, mes prises de position par rapport aux orientations décidées dans l’entreprise que j’ai réussi à nouer des liens qui, au moins dans certains cas je l’espère, étaient sincères

  • Comment la notion de développement durable interagit-elle avec les conditions de travail sur les chantiers forestiers ?

La mise en place du développement durable dans le secteur forestier en Afrique centrale relève d’un certain cynisme. Bien sûr, la Gestion Durable des Forêts (pour reprendre le concept approprié) promeut et constitue (pour les organisations qui s’y plient) des améliorations dans les pratiques tant économiques que sociales et environnementales. Mais en partant de quel point ? Les façons de faire et les conditions de travail dans le secteur étaient telles dans les entreprises avant qu’elles ne mettent place ces pratiques (ou le sont toujours pour celles qui ne s’y plient pas) qu’il ne devrait pas y avoir de quoi se vanter… Or, ce sont bien des plus-values symboliques et morales que les entreprises retirent de l’obtention de labels écocertificateurs : comme si on devait donner des médailles à un conducteur automobile pour ne pas traverser les villages le pied au plancher… Faut-il donc se satisfaire du fait que les travailleurs ont du meilleur matériel qu’avant pour effectuer leurs opérations quotidiennes ou que la plupart d’entre eux travaillaient précédemment dans des conditions (encore plus) dangereuses et épuisantes ? Par ailleurs, certains travailleurs défendent que les pratiques de travail qui leurs sont imposées désormais nient leurs savoir-faire.

  • Quels éléments inattendus ou surprenants as-tu découverts lors de tes observations sur le terrain ?

Un des aspects qui m’a sans doute le plus intéressé dans cette recherche est de pouvoir accéder aux conceptions complexes de l’environnement forestier que pouvaient connaitre les travailleurs, les personnes habitant avec eux dans le camp ou les villageois vivant à proximité et avec qui j’ai vécu assez longtemps. Ces conceptions s’inscrivent dans une relation dynamique à l’environnement où sont maniées des considérations cosmologiques ainsi que des enjeux matériels variés et articulés. Même si une enquête axée sur l’ethnobotanique à proprement parlé m’aurait peut-être permis d’aller plus loin dans la compréhension de certaines dimensions ontologiques, je me suis retrouvé à l’interface entre plusieurs conceptions cosmologiques et forestières.

  • Quelles applications concrètes pourraient découler de ta recherche pour améliorer les conditions de travail sur les chantiers forestiers et influencer les politiques de développement durable dans ces zones ?

Vaste débat… Dans l’idéal, on peut toujours considérer que, en mettant l’accent sur l’écart entre les principes de politiques publiques et leurs réalisations effectives, une telle recherche permet d’espérer des remises en cause dans les politiques de développement ou d’ingénierie sociale. Mais si la question était aussi simple, Jean-Pierre Olivier de Sardan n’aurait jamais eu à publier La revanche des contextes ! J’ai plutôt envie de croire que, par petites touches, un anthropologue (qui n’est jamais plus qu’une seule personne) peut participer à des échanges, proposer des points de vue originaux qui interpellent. Et ceci commence durant l’enquête de terrain elle-même : je sais que des travailleurs m’ont fait confiance lorsque nous faisions des entretiens et qu’ils avaient peu eu l’occasion dans leur vie de parler de leurs parcours professionnels avec une personne les écoutant avec attention durant le temps nécessaire. Dans un article, j’ai aussi défendu l’idée que, ayant imprimé en quelques jours un certain nombre des photos que je faisais avec eux, cela constituait une « restitution en circuit court ». De mon point de vue, ce sont aussi des petites gouttes par lesquelles l’anthropologie est « utile ».

  • Quels conseils donnerais-tu aux jeunes chercheurs qui aspirent à réaliser des recherches dans un environnement aussi complexe que celui des chantiers forestiers ?

Je pense tout d’abord qu’il serait véritablement intéressant que davantage de recherches de terrain soient effectuées dans les chantiers forestiers, qui constituent encore aujourd’hui des mondes sociaux assez peu documentés (même si, pour les spécialistes, une littérature existe, bien sûr). Par ailleurs, il s’agit d’un milieu viriliste où la violence est régulièrement présente. Certes, il y a des situations ethnographiques plus dures, mais enquêter dans un chantier forestier suppose tout de même une certaine pugnacité…

Félicitations à lui pour ce travail de longue haleine !

Pour avoir un aperçu de l’ensemble de ses travaux :  https://www.cairn.info/publications-de-%C3%89tienne-Bourel–132976.htm


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Constance Perrin-Joly (4 décembre 2023). Un chercheur associé à l’honneur  . IFSRA. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzeg


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search