Mener une enquête en entreprise, être pris dans sa tourmente

Retour sur les aspects méthodologiques d’une recherche ethnographique dans le secteur forestier gabonais à l’heure du développement durable

Etienne Bourel est anthropologue, docteur de l’Université Lyon 2, membre du laboratoire Eco-anthropologie (UMR 7206) et de l’IFSRA. Durant sa thèse (effectuée au LADEC), ses enquêtes de terrain ont porté sur les formes de sociabilité dans les chantiers forestiers au Gabon (région nord-est notamment) et sur les transformations que connait la foresterie en Afrique centrale à la faveur de la prise en compte du développement durable. Il s’est intéressé également aux dynamiques associatives dans le Gabon rural. En ce sens, ses recherches relevaient principalement des domaines des anthropologies politique, du travail, de l’environnement, ceci en lien avec un contexte de mondialisation. Il effectue actuellement un contrat post-doctoral au Muséum National d’Histoire Naturelle dans le cadre de l’ANR Primazoo.

Pour ce troisième rendez-vous bimensuel des séminaires IFSRA, Étienne Bourel, chercheur associé, a analysé la posture qu’il a adopté lors de son enquête ethnographique, entre 2011 et 2013. Celle-ci fut réalisée dans le cadre de son doctorat, intitulé « Travailler et vivre sur les chantiers forestiers au Gabon : une anthropologie du travail à l’heure du développement durable ». Ce travail de terrain visait à comprendre le mode de vie des travailleurs forestiers dans un secteur économique en pleine transformation, mais dont la gouvernance était relativement opaque.

Contexte du développement de l’exploitation forestière dans la région de Makokou (Gabon)

Étienne a d’abord rappelé le contexte politique et économique sensible dans lequel s’inscrivait son enquête. Il a conduit son étude au sein d’une multinationale singapourienne installée dans la région de Makokou, au nord-est du Gabon.

L’expansion de ses activités d’exploitation forestière sur le territoire a été rendue possible à partir de 2009 grâce au soutien d’Ali Bongo, ancien président de la République du Gabon ayant appuyé des politiques d’accaparement des terres ou encore les pratiques de green grabbing. Les forts liens entre le chef d’État et la multinationale ont notamment contribué à ce que cette dernière accède, sous différents régimes juridiques, à un contrôle ayant pu monter jusqu’à 10% de la superficie totale des forêts gabonaises exploitables. Cette expansion était inscrite dans une logique de développement durable – en accord avec la politique gouvernementale. Le groupe singapourien déployait ses activités dans différentes branches agro-industrielles et visait l’obtention de labels éco-certificateurs.

Fondé sur des pratiques autoritaires (voir agressives) de marchandisation des terres, ce processus de gouvernementalité gabonais s’apparente à et renouvelle les formes de la « politique du ventre » décrite ailleurs par Jean-François Bayart : le terme évoque un exercice du pouvoir guidé par un souci exclusif de satisfaction matérielle d’une minorité[1].

La notion même de développement durable mobilisée par l’entreprise étudiée renvoie en fait paradoxalement à des politiques industrielles, à l’exploitation et à la capitalisation intensive des ressources octroyant indirectement plus de prérogatives politiques au monde privé. Face à cette configuration nouvelle des relations de pouvoir, il semble légitime de questionner la gouvernance du secteur forestier dans lequel interagissent à la fois, l’État, des multinationales, des ONG, des bailleurs de fonds, des centres de recherche et les communautés locales constituées de villageois, de travailleurs et de familles.

Les effets de l’installation d’un projet forestier de grande ampleur sur les communautés et les travailleurs

L’implantation des activités de l’entreprise à Makokou s’est traduite par un afflux important de liquidités dans la région de l’Ogooué-Ivindo où les banques n’étaient pas encore présentes. Le paiement des salaires, l’achat de fournitures ou encore le paiement des loyers entraînaient la mise en circulation importante d’argent liquide dans la petite ville d’environ 15 000 habitants. Ces transactions financières ont eu un impact sur l’économie locale : de ses aspects les plus formels (alimentation, immobilier) aux plus informels (prostitution). La circulation d’importantes sommes a également facilité des détournements au sommet de l’entreprise, donnant lieu à des vagues de licenciement des dirigeants.

Différentes populations ont également migré du fait des opportunités offertes par l’installation de l’entreprise (qui employait parfois près de 17 nationalités différentes sur plusieurs centaines de salariés, les étrangers étant généralement recrutés sur les activités plus qualifiées que les travailleurs gabonais) comme par les activités induites par le développement local. Si les Gabonais exercent comme ouvriers ou chefs d’équipe et sont peu présents dans les postes de direction, les travailleurs se considèrent néanmoins comme privilégiés car ils ont accès au salariat formel. Cette situation favorise une prise de parole limitée dans une organisation laissant peu de marge pour la liberté d’expression. Pour pouvoir être « confirmé » dans son poste, les salariés passent en effet par une longue phase de poste temporaire où ils vivent dans l’espoir d’être recruté et reversent une partie de leur salaire au chef de chantier ou à leurs supérieurs directs. Dans ce marché du travail très concurrentiel, de nombreuses pratiques illégales se développent en dépit des certifications reçues par l’entreprise, et dans la pratique, les engagements vis-à-vis de la communauté sont peu respectées.

Les conditions pour mener une enquête ethnographique

Comment mener une enquête dans ce climat général de suspicion ?

Etienne a ici identifié certains facteurs lui ont permis de mener à bien son ethnographie en dépit de la méfiance des enquêtés. Comme cela est souvent souligné dans la littérature, il a pu s’appuyer sur sa présence sur le temps long. En partageant la vie des travailleurs, ces derniers ont pu passer outre leur appréhension (le considérant au départ comme un espion potentiel de la direction ou comme un futur cadre). Il a même bénéficié d’une forme d’empathie de la part des travailleurs, ces derniers constatant qu’il était lui-même ignoré par la direction.

En même temps, cette position n’est jamais définitive. Il restait pris dans des rapports de pouvoir : il était facilement identifié par ses liens avec la hiérarchie, connaissant de nombreux cadres de l’entreprise et des notables à Makokou. Lors d’une précédente enquête dans la région de Libreville, durant son master, il a été sollicité pour la rédaction d’un mémoire à orientation nationaliste par l’entrepreneur d’une petite entreprise qui était de nationalité gabonaise, se trouvant confronté au risque d’instrumentalisation de sa recherche.

Être chercheur ou être consultant en entreprise ? Comparaison de postures

A partir de cette expérience, Etienne nous propose de comparer et de réfléchir à la position du chercheur et du consultant sur leur terrain d’enquête, à partir de différents modèles proposés dans la littérature :

  • Fassin, Didier (1999), « L’anthropologie entre engagement et distanciation » in Becker, Charles et al. (eds.), Vivre et penser le Sida en Afrique, Paris, Karthala, p. 41-66.

La réflexion de Didier Fassin invite à penser la relation entre engagement et distanciation selon deux axes.

Le registre de l’action est celui de l’engagement du chercheur (ou du consultant) dans la recherche appliquée, alors que dans la recherche fondamentale, le chercheur mobilisera la distanciation comme registre de l’action. Le registre de l’analyse offre deux postures (ou plutôt deux polarités sur un continuum) : de l’adhésion à la critique. Selon la position adoptée par le consultant ou le chercheur en croisant ces deux registres, on obtient trois idéaux-types de posture du chercheur ou de l’expert sur son terrain (car le quatrième ne correspond à aucune situation). La position appliquée repose sur une proximité dans l’action et dans l’analyse et s’oppose à une position critique fondée sur une double distance dans l’action et dans l’analyse. Entre les deux, la position impliquée est souvent celle de l’ethnographe associant proximité dans l’action et distance dans l’analyse.

  • Burawoy, Michael (2009). Pour la sociologie publique. Actes de la recherche en sciences sociales, 176-177, 121-144.

Michael Burawoy a également proposé une analyse de la posture du chercheur selon un tableau à double entrée, ce dernier croisant la position dans l’espace académique (Universitaire / ou hors de l’Université) et son rapport au savoir (Instrumental ou Réflexif)

A partir de ce tableau, Burawoy plaide pour une sociologie publique qui puisse s’exercer et se faire entendre au-delà de la sphère universitaire, et qui s’expose au jugement du public et non seulement à celui du cercle des intellectuels.

  • Fassin, Didier. Sur le seuil de la caverne : L’anthropologie comme pratique critique In : Faire des sciences sociales. Critiquer [en ligne]. Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012.

Dans un second papier, Didier Fassin revient sur la fonction critique des sciences sociales. La critique rencontre cependant deux écueils : en se limitant à un constat extérieur, elle ne favorise pas l’analyse de configurations alternatives et leurs conséquences. Par ailleurs, elle n’intègre pas non plus de possibilité d’action. A l’inverse Didier Fassin plaide pour une pratique des sciences sociales qui analyse les configurations alternatives en mobilisant la notion d’enjeux ; et qui associe la recherche et l’action à travers l’enquête, donc d’une manière distincte des experts qui formulent des recommandations. La posture du chercheur serait donc « sur le seuil de la caverne » explique le chercheur en référence à l’allégorie de Platon : à la fois suffisamment à distance, près de la lumière pour voir des choses que les acteurs ne voient pas ou préfèrent ignorer, mais aussi suffisamment proche des hommes pour prendre au sérieux leur discours.

Dans son enquête ethnographique, Etienne Bourel a tenté de conserver cette position sur le seuil. S’il s’est agit pour lui de saisir le point de vue de chaque acteur, c’est celui des travailleurs qui a le plus pesé dans son travail. En même temps, il est resté lucide sur les formes d’exploitation insidieuses ou de manipulation dont il a pu être l’objet. Il était d’ailleurs pris dans un faisceau de conflits (notamment entre habitants du camp forestier et villageois). In fine, l’enquête était rendue difficile par l’omniprésence de la violence.

Sa posture a par ailleurs évolué, elle a pu fluctuer entre une approche critique (par exemple dans son article : L’éléphant et la glacière) et une position plus « sur le seuil ». Chaque recherche au long court peut ainsi mobiliser différentes pratiques (de la recherche collaborative à la recherche en sous-marin), et dans des proportions variables.

DISCUSSION

La discussion a été l’occasion pour Etienne Bourel de préciser certains aspects en répondant aux questions qui lui ont été adressées par les participant.es. Ainsi, il a expliqué qu’il a souvent été confronté à des demandes personnelles de la part des enquêtés, comme une avance d’argent le temps de toucher sa paye. Il n’a pas toujours pu répondre à ces demandes pécuniaires, en revanche, il s’est transformé en photographe du camp et du village. Il a pu graver les films réalisés sur des DVD car certains travailleurs possédaient des lecteurs (à l’époque les téléphones portables intelligents était moins répandu dans la région). Il a contribué ainsi à la construction de la mémoire du site.

Etienne a également indiqué que son travail de thèse avait pris du temps pour arriver un produire un discours sur ce terrain complexe, à rendre compte de la multiplicité des acteurs et de la diversité des situations humaines observées.

L’exposé d’Etienne a également suscité des échanges constructifs.

Cristiano Lanzano a souligné que le schéma de Burawoy était à même de rendre compte des liens entre consultance et recherche, même si dans les faits, les frontières entre les différentes postures pouvaient être très floues. Il a également fait part de la réception des textes de Didier Fassin notamment auprès de travailleurs de l’humanitaire : il reste souvent perçu comme du côté d’une critique distante (contrairement à la posture qu’il souhaite promouvoir dans son chapitre de 2012), alors même qu’il a lui-même été engagé sur le terrain de l’humanitaire. De ce fait, il y a une attente de la part des acteurs de l’humanitaire à l’émergence et la promotion d’une anthropologie plus engagée.

Pour prolonger la réflexion différents travaux ont été mentionnés : Marina Welker (actuellement Associate Professor à l’université de Cornell) a réalisé l’ethnographie d’une entreprise minière américaine en Indonésie (Enacting the Corporation: An American Mining Firm in Postauthoritarian Indonesia (University of California Press, 2014). Son travail permet de souligner qu’une entreprise n’est jamais un acteur unifié, mais une série d’acteurs qui ont des intérêts propres. Dans son travail ethnographique, elle dépeint justement les différentes négociations et positionnement des acteurs au sein de l’entreprise et au-delà. In fine, on ne choisit pas son camp dans une ethnographie de longue durée, mais on peut négocier le degré de transparence sur son terrain.

Les travaux de David Mosse (actuellement Professeur à la SOAS à Londres) sont un autre exemple d’ethnographie des projets de développement, cette fois menés en Inde (Cultivating Development. An Ethnography of Aid Policy and Practice (Pluto Press, 2005)). La particularité du travail de David Mosse est qu’il s’est lui-même appuyé sur sa posture d’expert pour alimenter le travail ethnographique.

Bibliographie

Bourel, É., 2016. L’éléphant et la glacière : Trajectoires et sociabilités de forestiers européens au Gabon. Cahiers d’études africaines, 221-222, 101-126

Burawoy, M., 2009. Pour la sociologie publique. Actes de la recherche en sciences sociales, Actes de la recherche en sciences sociales, 176-177, 121-144.

Fassin, D., 1999. « L’anthropologie entre engagement et distanciation » in Becker, Charles et al. (eds.), Vivre et penser le Sida en Afrique, Paris, Karthala, p. 41-66.

Fassin, D., 2012. Sur le seuil de la caverne : L’anthropologie comme pratique critique In : Faire des sciences sociales. Critiquer [en ligne]. Paris : Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales

Mosse D, 2005. Cultivating Development. An Ethnography of Aid Policy and Practice (Pluto Press

Welker M, 2014. Enacting the Corporation: An American Mining Firm in Postauthoritarian Indonesia, University of California Press.


[1] Jean-François Bayart (2006), L’Etat en Afrique. La politique du ventre, Paris, Fayard.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Constance Perrin-Joly (4 décembre 2023). Mener une enquête en entreprise, être pris dans sa tourmente. IFSRA. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzef


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search