Cartographie participative et sociale des sites aurifères : quels apports pour la recherche ?

La cartographie est utilisée pour comprendre l’espace dans lequel se déploient des projets et des programmes de développement (infrastructures, environnement, mines…). Se présentant sous différentes formes (papier, applications interactives en ligne, story maps …), elle permet notamment de simplifier des phénomènes complexes (politiques, économiques, sociaux, etc.) par le biais d’une représentation concise et efficace de l’espace. La cartographie participative et sociale est, quant à elle:

« un processus qui aboutit à la création des cartes et autres supports par les populations locales et autochtones, souvent avec l’implication d’organisations d’appui, notamment des gouvernements (à différents niveaux), des organisations non gouvernementales (ONG), des universités et d’autres acteurs engagés dans le développement et la planification de l’accès aux terres et aux ressources. » (The Rainforest Foundation, 2011 : 3).

En ce sens, la cartographie peut également permettre la coordination des acteurs. Parallèlement, à cette fonction, la cartographie participative et sociale est aussi utilisée dans le cadre de projets de recherche. C’est notamment une des méthodes que j’ai utilisé dans le cadre de mes travaux de recherche de master et doctorat en 2014[1]  et 2021[2]  sur les sites d’orpaillage de Bantara, Line-waafo et Fofora en région du sud-ouest du Burkina Faso.

La cartographie participative et sociale : trois approches complémentaires

La cartographie participative se présente de trois manières. Tout d’abord la (1) cartographie pratique invite les membres de la communauté à dessiner de mémoire des cartes sur le sol ou sur papier. Un autre type d’usage de la cartographie s’appuie sur (2) des modèles 3D associant les connaissances spatiales locales et les données sur la surface du sol (la végétation, les routes, les cours d’eau, les collines, les biens du patrimoine culturel, etc.) et du sous-sol (nappes phréatiques et les ressources minérales) pour produire des modèles autonomes, à l’échelle et géo-référencés.

C’est par exemple la cartographie des flux migratoires et du minerai au niveau des sites aurifères dans le sud-ouest du Burkina Faso qui est présentée sur la carte suivante.

La cartographie des flux ci-dessus fait ressortir d’une part les relations entre les sites d’exploitation minière artisanale et d’autre part, les flux migratoires et la mobilité des artisans miniers pour accéder aux sites et aux services de base. L’avantage de cette cartographie par rapport aux méthodes ethnographiques classiques, c’est qu’elle permet de faire ressortir les différentes mutations sociales sur l’espace. Aussi, elle facilite la lecture des transformations d’un paysage, de la représentation spéciale d’un espace en combinant données géographiques et représentations sélectives et mentales.

(3) Enfin le Système d’Information géographique (SIG) participatif intègre les connaissances locales et les données qualitatives dans les SIG à usage communautaire. En effet, le SIG[3] permet le recueil, l’archivage, le traitement, l’analyse des informations numériques disponibles sur un territoire géo-référencé et la mise en forme des données géographiques.

Ces trois démarches (cartographie pratique, modèles 3D et SIG) sont complémentaires. J’ai choisi de mobiliser la cartographie participative et sociale en alliant ces trois démarches, en me concentrant sur les connaissances mentales et sociales des artisans miniers sur l’espace. Pour le cas des sites aurifères explorés, les cartes ont été réalisées sur des papiers de format A0 ou A4.

Cartographier des sites aurifères

À partir d’une méthodologie fondée sur une socio-anthropologie dynamique, alliant l’observation participante et directe, les récits de vie ainsi que des entretiens formels et informels répétés sur un temps long (de 2012 à 2021), mes travaux de recherche interrogent principalement les parcours des femmes au sein des sites aurifères de la région du Sud-Ouest du Burkina Faso. En plus d’interroger les aspects épistémologiques qui sous-tendent la recherche sur le genre en Afrique, la division sexuée du travail sur les sites aurifères était également questionnée. Dans cette perspective, le site d’orpaillage, en tant qu’espace d’entreprise permettant aux femmes de s’affirmer, a été appréhendé à travers leurs parcours de vie, tant sur le plan professionnel que privé, documentant ainsi de manière empirique la construction de l’identité des tãngpogsé. La nature heuristique des histoires de vie a, par conséquent, facilité la compréhension de leurs parcours sociaux, économiques et maternels.

L’anthropologie se basant sur l’ethnographie et la description n’est pas seulement« une science expérimentale à la recherche de loi, mais une science interprétative en quête de sens » (Geertz, 2013 : 3). Cette approche m’a orientée vers l’utilisation de la description ethnographique des vécus des tãngpogsé pour analyser les rapports de genre et la santé maternelle et infantile au sein des milieux aurifères.

En complément de la revue de littérature et des données de l’enquête de terrain produites au cours d’entretiens individuels et des focus groups, ainsi que des observations lors de mon « insertion » ou « immersion » prolongée (18 mois) sur les sites aurifères du Sud-Ouest du Burkina Faso, deux autres méthodes de collecte de données ont été déployées. Il s’agit de la méthodologie utilisant les réseaux sociaux, notamment « WhatsApp » et la téléphonie mobile ainsi que la cartographie participative et sociale. 

L’outil cartographique proposé repose sur plusieurs sources : des fonds de cartes, des données géo-référenciées, et les connaissances mentales et sociales de l’espace par les artisans miniers. Son utilisation dans le cadre de ma recherche visait à mettre en évidence des éléments qui ne ressortaient pas sur des cartes papiers ou en ligne (ex : Google Earth). Par conséquent, j’ai sollicité la représentation mentale de l’espace de différents acteurs locaux afin de compléter les fonds de carte existants.

  • La production participative de croquis

Pour les trois principaux sites d’orpaillage de ma thèse (sites de Bantara, de Fofora, de Waafo-Line ou prolongement du site de Hong-Kong et de Fofora), j’ai procédé à la réalisation de croquis à partir des souvenirs des artisans miniers sur la spécialisation du territoire minier. Ces croquis ont été réalisés sur ces sites, avec la collaboration et la participation directe des responsables des sites aurifères explorés. Ensemble, nous avons conçu ces croquis sur du papier Kraft de fond blanc, adoptant le format A0.

La première étape de cette démarche consiste à marquer les quatre points cardinaux (Est, Ouest, Nord et Sud) sur le papier à l’aide de feutres. Dans un second temps, j’ai demandé aux responsables de me faire une représentation des divers espaces de vie, des zones d’activités, des voies d’accès, et des villages voisins en utilisant des feutres de couleurs. Ces représentations incluent également des biens du patrimoine culturel tels que les mosquées, les églises et les cimetières, ajoutant ainsi une dimension culturelle et sociale aux croquis.

Photo 1 : Réalisation d’une cartographie participative et mentale du site de Bantara, 05/03/2021, site de Bantara, responsable du site et Alizèta Ouédraogo.

Les croquis élaborés sont des représentations à la fois graphiques et mentales, intégrant des informations techniques, territoriales et sociales. Ils comportent divers éléments significatifs.  Tout d’abord, des paysages : éléments naturels (rivières) et artificiels (routes et infrastructures), qui permettent ultérieurement une corroboration des informations spatiales avec les images satellites disponibles.

Les croquis renferment également des informations relatives à l’organisation du territoire, notamment les maîtrises foncières (propriétés, droits d’usage, droits coutumiers sur les différents terrains), selon les critères suggérés par les responsables villageois. Les activités extractives et leurs emplacements par rapport aux villages environnants, ainsi qu’en relation avec les éléments du paysage sont également consignés dans ces représentations. Enfin, les flux majeurs (de minerais, d’équipements et d’expertises) circulant entre les zones de production, d’extraction et de traitement sont tracés.

Figure 1: Cartographie mentale et participative du site de Bantara, 2021, Alizeta Ouedraogo

Cette carte illustre les flux de minerais et des artisanats miniers, ainsi que les relations entre les différents sites miniers artisanaux situés aux environs de Kampti (sud-ouest du Burkina Faso). Ces zones sont spécialisées dans les différentes étapes de la production aurifère (extraction, exploitation et commercialisation). La carte permet de repérer la circulation des mineurs et du minerai entre les sites et les services de base déconcentrés (santé, impôts, sécurité, éducation…) dans les villages les plus proches.

Les sites aurifères sont généralement des espaces très mobiles, marqués par la circulation rapide des personnes, des ressources financières et des technologies. En un mot, les sites naissent, disparaissent et renaissent. La cartographie permet de retracer l’histoire de ces évolutions spatiales, offrant une compréhension approfondie des processus de création et de renouveau dans ces espaces aurifères.

  • La consolidation des différents croquis et la production d’une carte géo-référencée 

En complément des croquis réalisés avec les différents responsables de sites, un appareil GPS a permis de géo-référencer les éléments indiqués sur les croquis, et de réaliser le tableau ci-dessous.

Tableau 1: Coordonnées et descriptions des sites explorés

Les apports de la cartographie participative

Les données et les représentations graphiques des sites d’orpaillage et points GPS ont été pris en compte dans la réalisation des cartes avec le concours d’un cartographe dès les retours de terrain. Ces données placées sur les cartes montrent les sites et les territoires villageois, la localisation des activités ainsi que le circuit sociotechnique du minerai.

  • Considérer les sites d’orpaillage comme des archipels

Ce processus a permis la prise en compte des différents points de vue sur l’espace et les enjeux territoriaux liés à l’activité extractive artisanale, dans une vision intégrée au paysage naturel et aux activités extractives. L’usage de la cartographie participative invite à dépasser l’idée d’un « site d’orpaillage », comme unité spatiale précisément localisée et définie. L’analyse des flux à l’échelle d’un territoire plus vaste permet de développer, au contraire, l’hypothèse que l’orpaillage du point de vue spatial, fonctionne comme un archipel, avec une distribution dans l’espace de pôles d’activités ou de spécialisations techniques, plus ou moins intégrés entre eux.

  • Provoquer la discussion

La cartographie participative offre également, au moment de sa production, un espace de discussions avec les interlocuteurs sur une multitude de sujets, y compris sensibles en particulier la chronologie et les évolutions des activités sur le territoire ; les critères de choix des espaces ciblés pour les différentes opérations techniques, les impacts spécifiques sur le plan environnemental (concentration près des cours d’eau, la  présence de « vieux sites » abandonnés, les possibilités de contrôle des usages des produits chimiques en brousse, etc.). Elle suscite également des réflexions communes sur les mesures possibles de régulation, de contrôle et d’interdiction de certaines pratiques.

Ces différentes techniques et outils de collecte de données permettent une compréhension de l’organisation socio-politique, du fonctionnement et des flux migratoires et du minerai, ainsi que de l’accès aux services de base de l’État. Bien que les conclusions soient spécifiques à mon terrain d’étude, la cartographie participative, en général, permet de comprendre l’évolution de l’espace, en combinant des données SIG avec des connaissances sociales et des représentations mentales.

Alizèta est titulaire d’un Doctorat en sociologie et en anthropologie du Laboratoire d’Anthropologie Des Enjeux contemporains (LADEC) de l’Université Lumière Lyon 2 (France) et du Laboratoire Genre et Développement de l’Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou (Burkina Faso). Elle est spécialisée dans la gestion des projets et des recherches qualitatives sur les questions minières (artisanales, semi-mécanisées et industrielles), le genre, la santé, le foncier, la gestion des biens du patrimoines culturel dans les projets miniers, la gestion des conflits et de plaintes dans la mise en œuvre des Plans d’Action de Réinstallation (PAR) et Etudes d’Impact Environnemental et Social (EIES). Alizèta a travaillé sur ces questions dans des instituts de recherche (IFSRA et IRD), des ONG œuvrant dans le secteur l’Exploitation Minière Artisanale et à Petite Echelle (Artisanal Gold Council au Burkina Faso), des bureaux d’études (Insuco Burkina Faso) et des sociétés minières (NordGold).


[1] Ouédraogo, Alizèta. 2014. « Tãngpogsé » : les femmes de la colline. Anthropologie de l’orpaillage au féminin (Burkina Faso). Sous la direction de Michèle Cros. Mémoire de master 2 recherche en anthropologie, Université Lumière Lyon 2.

[2] Ouédraogo, Alizèta. 2021. « Tãngpogsé » : de l’anthropologie de l’orpaillage au féminin à la santé maternelle et infantile dans le Sud-Ouest du Burkina Faso. Sous la direction de Michèle Cros et de Gabin Korbéogo. Thèse sociologie et anthropologie Université Lumière Lyon 2 (France) et Université Joseph Ki-Zerbo de Ouagadougou (Burkina Faso).

[3] https://geoconfluences.ens-lyon.fr/glossaire/systemes-dinformation-geographique-sig-et-geomatique


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Constance Perrin-Joly (29 janvier 2024). Cartographie participative et sociale des sites aurifères : quels apports pour la recherche ? IFSRA. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vzej


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search